MAMA 2016 : 4 photographes pour 10.000 photos !

La rédaction : Amandine, tu as passé une semaine à Johannesbourg, à l’occasion des MTV Africa Music Awards, les MAMA 2016. Tapis rouge, petits fours et champagne… On ne te plaint pas.

Amandine Jouan :

A vrai dire, je n’ai pas vraiment eu le temps de profiter. Le rythme a été éprouvant, une fois arrivée sur place. Il fallait rencontrer le client, briefer les photographes, faire des repérages, couvrir les répétitions ou encore faire des interviews. Par exemple, le jour de la cérémonie, je suis arrivée à 8h le matin, et je suis repartie le lendemain à 6h… Soit 22 heures d’affilée. Heureusement, j’ai été accompagnée par le client – qui organisait l’événement – jusqu’à la fin. Pour lui, c’était l’aboutissement d’un très long travail, dans lequel il s’était beaucoup investi. Ma référente travaillait sans cesse et ne dormait pratiquement plus à l’approche de la soirée.

Le rythme a été dur pour tous les collaborateurs de l’AFP-Services.

Oui. J’ai coordonné 4 photographes qui ont produit environ 10.000 photos. Ils étaient chacun accompagnés d’un “runner” qui devait m’apporter leurs cartes mémoires aussitôt pleines. Souvent, je n’avais pas même le temps de vider une carte pour traiter les photos qu’une autre arrivait sur mon bureau. L’un des photographes était cependant équipé d’une petite innovation technique. Il avait un boîtier wifi sur son appareil. On recevait ses images en ligne, directement sur l’ordinateur. Au total, j’ai livré 8.000 photos, dont 600 le soir même !

Tu as croisé des stars ?

J’ai eu l’occasion d’interviewer Patoranking et Sarkodie -avec Thibaut Drapier qui était sur place pour gérer l’aspect vidéo-, qui étaient nommés dans la catégorie Best collaboration. Mais sinon, vu le nombre de personnalités présentes le soir de la cérémonie, c’était compliqué de toutes les reconnaître. A un moment dans la salle de presse, j’avais 4 jeunes derrière moi, qui identifiaient les invités sur les photos pour que je puisse rédiger les légendes.

Tu as profité de l’infrastructure de l’AFP sur place ?

Complètement. Et avec l’appui des réseaux du bureau de l’AFP sur place, j’ai pu mettre à contribution beaucoup d’équipes locales qui connaissaient très bien le terrain et qui m’apportaient un point de vue qui aurait pu me manquer. Profiter de l’infrastructure de l’AFP à Johannesbourg m’a aussi apporté un très grand confort dans ma mission. J’avais toujours un très bon réseau qui me permettait d’être connectée en permanence. C’est un des atouts majeurs d’AFP-Services.