L’Euro 2016… En version décalée

Pour un journaliste sportif ayant couvert de nombreuses compétitions internationales, dont la Coupe du monde 2014 au Brésil, suivre l’Euro 2016 en France était une gageure. Pas question de rater ça : alors, quand AFP-Services m’a proposé une mission pour Abritel, l’un des sponsors de la compétition, je ne pouvais pas refuser.

Le but ? Un article décalé ou insolite par jour. Mais attention, on ne s’adresse pas ici à un public de spécialistes : pas question de faire des analyses technico-tactiques du 4-3-3 mis en place par Didier Deschamps ni savoir si l’Allemagne joue mieux avec des ailiers inversés ou un « false nine ». Exit aussi les déclarations tapageuses ou les comptes rendus de matches. Non, il s’agit d’intéresser un public familial, pas forcément au fait des dernières actualités du monde du football.

La mission est claire. Mais pas forcément aisée. Chaque article étant illustré par un dessin, il faut le livrer suffisamment en avance pour que la dessinatrice ait le temps de faire son travail. En outre, il faut parfois anticiper les éliminations de certaines équipes et garder de la matière pour la suite de la compétition. Pas toujours évident de prévoir la victoire de l’Islande ou l’élimination précoce de la Suède de Zlatan Ibrahimovic.

En revanche, raconter la folle vie du gardien hongrois, évoquer les excellents supporters irlandais ou bien faire découvrir en anecdotes Antoine Griezmann, le nouveau chouchou des Bleus, sont des évidences mais il a parfois fallu se creuser les méninges. Comment raconter Albanie-Suisse, par exemple ? Les frangins Xhaka, qui jouent pour chacune des deux équipes (Thaulant avec l’Albanie, Granit avec la Suisse), offrent une belle histoire mais comment faire pour parler de Cristiano Ronaldo sans répéter des choses mille fois écrites ?

Et puis viennent les jours de repos. S’il n’y a pas de matches et que les footballeurs se détendent, j’ai quand même du travail puisqu’il faut alimenter la rubrique spéciale du site abritel.fr. C’est à ce moment -là que l’exercice est le plus difficile. Mais aussi le plus intéressant. Au menu, « 5 conseils pour bien ressembler à un footballeur (ou pas) », « Comment bien contester une décision arbitrale », « Que faire quand il n’y a pas de match ? » ou encore « Le foot expliqué à ceux qui ne comprennent rien même si on leur explique longtemps mais c’est pas possible bon sang tu le fais exprès ou quoi ? »

L’expérience est enrichissante et s’est vite transformée en un bel exercice de style pour quelqu’un comme moi, qui a l’habitude d’une couverture plus traditionnelle. Une seule déception quand même, après un gros mois intense : j’avais prédit la victoire finale de la France.

Par notre spécialiste football

© Johanna Leguerre -